Spread the love

Effondrement des aquifères : kesako ?

Un aquifère est un sol ou une roche réservoir originellement poreuse ou fissurée, contenant une nappe d’eau souterraine.

Lorsque les Hommes surexploitent les réserves d’eau souterraines, le sol s’effondre comme une énorme bouteille d’eau vide. C’est ce qu’on appelle l’affaissement et cela pourrait toucher 1,6 milliard de personnes d’ici 2040.

Le syndrome californien

Avec l’expansion économique de la Californie au cours du 20e siècle, l’essor de l’industrie agricole dans la vallée de San Joaquin combinée à de fortes sécheresses a conduit à la sur extraction de l’eau des aquifères. Conséquence : la vallée de San Joaquin était géologiquement prête à s’effondrer. Son sort n’est pas unique, ce phénomène se retrouve partout dans le monde, des Pays-Bas à l’Indonésie en passant par Mexico.

Selon une étude récente publiée dans la revue Science , au cours des deux prochaines décennies, 1,6 milliard de personnes pourraient être affectées par un affaissement, avec des pertes potentielles de plusieurs billions de dollars.

Alors problème?

La terre qui s’enfonce n’est pas un problème en soi. Mais si vous êtes sur la côte ou si vous utilisez des puits profonds, cela devient problématique.

Alors que la population humaine croissante et les sécheresses plus intenses provoquées par le changement climatique mettent de plus en plus de pression sur les approvisionnements en eau, la terre diminue partout dans le monde. Certaines parties de la capitale indonésienne de Jakarta, par exemple, s’affaissent de 25 cm par an , tandis que la mer monte autour d’elle. Les modèles estiment que dans seulement trois décennies, 95% du nord de Jakarta pourrait être sous l’eau. La situation est si désastreuse que l’Indonésie envisage de déménager sa capitale .

Qu’en est-il au niveau mondial ?

Des chercheurs ont découvert qu’à l’échelle de la planète, l’affaissement pourrait menacer 4,6 millions de kilomètres carrés de terres au cours des deux prochaines décennies. Bien que ce ne soit que 8% des terres de la Terre, l’humanité a tendance à construire de grandes villes dans les zones côtières, qui sont sujettes à l’affaissement. Ils estiment donc qu’au final, 1,6 milliard de personnes pourraient être touchées. La modélisation a en outre révélé que dans le monde, l’affaissement expose des actifs totalisant un produit intérieur brut de 8,19 billions de dollars, soit 12% du PIB mondial.

Certes, l’affaissement progressif n’est pas aussi destructeur qu’un tremblement de terre soudain ou une éruption volcanique mais cela provoquera des effets indirects qui, à long terme, peuvent soit produire des dommages aux structures ou aux infrastructures, soit augmenter les zones inondables dans les bassins fluviaux ou zones côtières.

L’affaissement est particulièrement sensible au changement climatique, du moins indirectement. Sur une planète plus chaude, les sécheresses sont plus longues et plus intenses. Les réservoirs secs amèneront les villes à pomper encore plus d’eau de leurs aquifères, et une fois que vous effondrez la structure d’un aquifère, il n’y a plus de retour en arrière. Pour les 1,6 milliard de personnes potentiellement touchées par l’affaissement – et ce n’est que d’ici 2040 – les conséquences pourraient être désastreuses, conduisant à la fois à des pénuries d’eau et à l’inondation des terres basses donc, probablement, à de grandes migrations d’individus.

Alors, quelle issue?

Le seul moyen pour l’humanité de conjurer l’affaissement est d’arrêter de surexploiter les aquifères, ce qui est un défi de taille sur une planète qui se réchauffe rapidement.

«Les aquifères seront épuisés, d’une manière ou d’une autre», dit Shirzaei. «Il n’est pas possible de demander aux personnes qui ont besoin d’eau douce d’arrêter d’utiliser les eaux souterraines car cela provoque des affaissements »

Alors, quelles adaptations possibles? Compter davantage sur le dessalement de l’eau de mer, bien que cela reste très énergivore et donc coûteux ou, comme à Los Angeles, modifier les rues pour permettre de collecter les eaux de pluie .

Finalement, les villes en déclin sont confrontées à des forces physiques imparables. «La géologie est la géologie», dit Sneed. «Nous ne pouvons rien faire à ce sujet.»