Spread the love

Notre civilisation a une très faible probabilité de survivre aux prochaines décennies sans faire face à un effondrement catastrophique, selon une étude publiée dans la revue Nature Scientific Reports .

Modélisation de l’avenir

50 ans après que Meadows et ses collègues aient présenté les  » limites de la croissance » en utilisant un modèle informatique de dynamique des systèmes connu sous le nom de World3, deux chercheurs du Chili et du Royaume-Uni ont utilisé la modélisation pour voir comment les taux de consommation de ressources, notamment en termes de déforestation, affectent la capacité de notre modèle de société à se maintenir. D’après cette modélisation, il y a juste 10 pour cent de chances que nous soyons capable de traverser les 20 à 40 prochaines années sans un effondrement catastrophique. 

«Nous concluons d’un point de vue statistique que la probabilité que notre civilisation survive à elle-même est inférieure à 10% dans le scénario le plus optimiste», écrivent les auteurs de l’étude. 

«Les calculs montrent qu’ en maintenant la croissance démographique et la consommation des ressources actuelles, en particulier la consommation forestière, il nous reste quelques décennies avant un effondrement irréversible de notre civilisation.

Tout cela est théorique, bien sûr. Les auteurs de l’étude sont tous deux des physiciens mathématiques qui utilisent la modélisation pour comprendre des systèmes complexes, allant des processus biologiques compliqués aux systèmes sociaux délicats. Cette approche intensément théorique présente d’ailleurs certaines limites. Comme le soulignent les chercheurs, leurs travaux supposent que certains paramètres (tels que la croissance démographique et le taux de déforestation) resteront constants, ce qui n’est pas garanti. 

Néanmoins, l’étude brosse une image convaincante de la manière dont la déforestation et l’effondrement de la population menacent la société humaine dans son ensemble. 

La question centrale de la déforestation

L’étude s’intéresse principalement à la déforestation et à notre consommation d’arbres. Les arbres sont un atout inestimable pour les humains et l’écosystème au sens large. Non seulement ils soutiennent les systèmes alimentaires naturels et humains, mais ils sont également un pivot dans un certain nombre de systèmes importants, tels que le cycle du carbone, la production d’oxygène, la conservation des sols et le cycle de l’eau. En tant que tel, les chercheurs disent que la déforestation signifiera bientôt qu’il n’y aura pas assez de ressources pour maintenir la population mondiale, à quel point il y aura un «effondrement désastreux» de la population. 

Au rythme actuel de déforestation, toutes les forêts de la Terre disparaîtraient dans 100 à 200 ans. Cependant, l’étude prédit que la rareté des forêts commencera à causer des problèmes bien avant que tous les arbres de la planète ne disparaissent.

Compenser par du progrès technologique !

L’une des compétences les plus remarquables des humains est leur capacité à s’adapter et à innover. Certains misent sur la technologie et la science pour développer des solutions à ce problème. Cependant, le rapport fait valoir que «la consommation des ressources naturelles, en particulier les forêts, est en concurrence avec notre niveau technologique». En d’autres termes, plus la technologie progresse, plus nous sommes susceptibles de détruire les forêts à moins qu’un changement de paradigme profond ne se produise.

Assurément, les défis à relever seront immenses. Plus tôt nous changerons de paradigme, plus nous aurons une chance de sauver ce qui peut encore l’être.