Spread the love

Vers une troisième révolution industrielle !

Tout le monde le sait maintenant, les énergies fossiles rejettent du dioxyde de carbone dans l’air, ce qui réchauffe le climat; C’est le fameux effet de serre.

La volonté de sortir du « fossiles » est une ambition contrariée par des facteurs tels que le développement technologique, démographique et les changements de modes de vie qui induisent plus de mobilité. Malgré ces contraintes, les plus optimistes avancent qu’il devrait être possible d’obtenir une diminution moyenne de 60% de l’utilisation totale de combustibles fossiles d’ici 2050 et une baisse de 90% de l’utilisation de combustibles fossiles pour produire de l’électricité.

Selon Jeremy Rifkin, célèbre théoricien économique et social américain, nous sommes à la fin de l’ère des combustibles fossiles. Il affirme que nous entrons dans une économie sans carbone qu’il qualifie de troisième révolution industrielle et indique au passage que ce changement induit et induira de gigantesques troubles financiers pour les industries du pétrole, du charbon et du gaz naturel (ces industries représentent des actifs bloqués de plus de 100 billions de dollars en pipelines, ports, centrales électriques…)

La perspective d’un new deal vert avec la Chine en fer de lance…

Un rapport commandé par l’Agence internationale pour les énergies renouvelables (IRENA) nous éclaire sur la situation chinoise. Et le constat est clairement paradoxal : la Chine possède un tiers de l’énergie éolienne dans le monde, quatre des dix plus grands fabricants d’éoliennes, six des dix plus grands fabricants de panneaux solaires et un quart de la capacité solaire mondiale mais demeure le plus grand pollueur de carbone du monde, brûlant la moitié du charbon mondial. Pékin, par une politique volontariste et des investissements massifs, est en train de basculer vers une énergie propre. 

Au Royaume-Uni, en 2019, et pour la première fois, les sources d’énergie renouvelables (les parcs éoliens, les panneaux solaires, les centrales à la biomasse et les centrales hydroélectriques) ont généré plus d’électricité que les centrales à combustibles fossiles (charbon, gaz et pétrole). L’ambition est immense : éliminer complètement le charbon d’ici 2025, produire un tiers de l’électricité avec l’énergie éolienne en mer d’ici 2030.

Les autres pays industrialisés suivront-ils le pas? Pouvons-nous créer une technologie neutre en carbone?  Comment la technologie des énergies renouvelables peut-elle être entièrement autonome? Autant de questions auxquelles il nous faudra répondre rapidement car, on le sait tous, le temps nous est compté…