Spread the love

L’air c’est la vie

Rien n’est plus vital dans la vie que de respirer: au cours de la vie, environ 250 millions de litres d’air traversent nos poumons. Pourtant, marchez dans une ville et vous inspirerez environ 20 millions de particules dans un seul de vos deux poumons !

L’air toxique est maintenant le plus grand risque de décès prématuré pour l’environnement, responsable d’un décès sur neuf. Il tue 7 millions de personnes par an, beaucoup plus que le VIH, la tuberculose et le paludisme réunis.

La pollution de l’air s’aggrave dans les pays en développement et, même si elle s’améliore dans certains pays développés, c’est globalement un fléau pour l’humanité.

Tout le monde est concerné

Plus de 90% de la population mondiale vit dans des endroits où la pollution de l’air est supérieure aux directives de l’OMS. En Asie du Sud et de l’Est où vit la majeure partie de l’humanité c’est pire qu’ailleurs : trafic intense, industrie sale et combustion à ciel ouvert de déchets aggravent la situation.

L’Inde compte près de la moitié des 50 villes les plus polluées au monde, la Chine en compte huit et l’Iran en compte trois. L’Afrique est très polluée mais peu mesurée.

Les différents types de pollution de l’air

Il existe plusieurs type de pollution de l’air. Les plus dommageables sont les micro ou nano particules qui endommagent les poumons, mais pénètrent également dans le sang. On pense de plus en plus qu’elles pénètrent dans les organes vitaux, y compris le cerveau, et atteignent le foie, la rate, les reins et les testicules chez les animaux de laboratoire .

Les particules peuvent être constituées de carbone noir, de nitrates, de sulfates, d’ammoniac ou de poussières minérales. La plupart sont produites en brûlant des combustibles fossiles ou du bois, pour la conduite, le chauffage, les centrales électriques et l’industrie.

Si des améliorations ont été apportées dans certains pays aux centrales électriques à charbon et aux voitures, par exemple, d’autres sources ont pris du retard. L’agriculture est l’une de ces sources de pollution, l’ammoniac provenant du fumier de bétail et des engrais se répandant dans les villes et formant des particules, en particulier au printemps, lorsque les cultures sont semées et que les terres noires se répandent.

Le dioxyde d’azote, produit par les véhicules diesel, forme non seulement des particules, mais il est maintenant reconnu qu’il provoque des lésions lorsqu’il est respiré sous forme de gaz. 

Parmi les autres polluants, on trouve le dioxyde de soufre, qui est très élevé dans les carburants pour navires et pour l’aviation. L’ozone au niveau du sol, qui se forme pendant les journées ensoleillées, nuit aux personnes, mais aussi aux cultures.

Il existe également certaines sources naturelles de pollution de l’air extérieur, telles que les tempêtes de poussière et la fumée des incendies de forêt, mais la pollution d’origine humaine les dépasse de loin. La pollution de l’air extérieur cause 4,2 millions de décès prématurés, selon l’OMS.

La combustion à l’intérieur des foyers est aussi en cause : la moitié de la population mondiale cuisine sur des feux ouverts avec des combustibles sales tels que le bois, les excréments et le charbon de bois, et le kérosène contenu dans les lampes à mèche produit également une fumée dangereuse.

Quels risques pour la santé?

La pollution de l’air induit des maladies pulmonaires, des crises cardiaques et des accidents vasculaires cérébraux mais également de nombreuses autres maladies, telles que le diabète. 

Le nombre de morts annuel estimé à 7 millions sera certainement une sous-estimation, car il ne comprend que la pollution par particules et les cinq causes de décès les plus étroitement liées, telles que les crises cardiaques. 

Mais même ceci n’est que «la partie émergée de l’iceberg» du mal, selon les chercheurs. En effet, l’exposition omniprésente à la pollution de l’air est susceptible de nuire à la santé de presque tout le monde d’une manière ou d’une autre, même si cela ne conduit pas à une visite chez le médecin.

Alors, on fait quoi?

Les solutions sont parfaitement possibles et elles nécessitent peu de nouvelles technologies, mais ne sont pas très rentables à mettre en œuvre d’où le faible intérêt des acteurs économiques !

Nous devons mettre un terme à l’utilisation du charbon, à l’utilisation massive de voitures particulières dans les villes et rendre nos bâtiments plus efficaces. La combustion du charbon est en baisse dans le monde et la Chine a montré comment il était possible de réduire rapidement la pollution industrielle. La pollution par les particules a diminué d’un tiers quatre ans seulement après la déclaration de la «guerre à la pollution» par Pékin. 

Trouver des solution pour mettre fin à l’urgence de la pollution atmosphérique, ce n’est pas le problème. C’est le manque de volonté politique réelle et sérieuse qui fait défaut…